Un volontariat , deux visages d’Afrique, l’un tourné vers l’Asie et l’autre au cœur du monde arabe.

2007. Départ pour l’île rouge ! Après des heures de vol puis de taxi brousse, je me suis arrêtée pour 2 ans dans un village malgache vivant de l’agriculture et du saphir. J’y ai enseigné le français ainsi que l’anglais au collège rural des Sœurs de Sainte Thérèse et formé les enseignantes de maternelle. Les ateliers danse et théâtre, l’enfance missionnaire, les visites, la vie de la communauté… occupaient mes temps libres et la découverte de l’île, mes vacances ! Deux lieux incontournables pour tous les vahiny qui passaient à Sakaraha : le parc de Vohabasia et le quartier d’Antsokay ! Une vie simple rythmée par les délestages et la cuisson du riz !

2009. Dès la montée dans l’avion, l’ambiance avait changé ! On parlait fort, on s’apostrophait, on rangeait les affaires des uns des autres ! Welcome to Egypt ! Après quelques heures de train, la belle Alexandrie a joué de son charme pour cette année passée à l’école St Joseph. J’y secondais la responsable du cycle maternel auprès d’une équipe de 6 enseignantes. J’ai beaucoup marché, flâné dans les quartiers, parcouru cette ville commerçante d’un bout à l’autre ! Un régal ! Le reste du temps, je proposais des ateliers danse aux jeunes gens porteurs de handicaps au centre Vive le soleil en semaine et à la Maison de l’espérance le week-end. Les congés furent l’occasion de descendre le long du Nil jusqu’à Assouan. Une vie cosmopolite pleine de charmes !

De retour en France, j’ai continué à cheminer avec la DCC, d’abord comme bénévole puis comme salariée au recrutement et à la formation !
Dire que le volontariat m’a changée ? Je ne sais pas, il fait partie de moi à part entière… Il a été un choix, une évidence qui en a engendré beaucoup d’autres ! 😀